Afrique du Sud, du 8 nov au 8 déc 2017

Le dernier mois de voyage se déroule principalement en Afrique du Sud. Ce trajet de     6800 km , va rallier la Namibie à Cape Town en passant par Johannesburg, le Swaziland et le Lesotho  :

trajet afrique du sud

Ayant quitté le groupe mercredi 8 novembre, nous avions 2 jours pour parcourir 1600 km sans dépasser les 80 km/h et en s’arrêtant et redémarrant dés que le turbo faisait des siennes …..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un train improbable, roulant au pas ….

Pari réussi ! Arrivée à Jo’burg vendredi matin à 9 heures et nouveau turbo installé dans la journée. On n’aura même pas à laisser la voiture au garage. L’ouvrier a été si consciencieux qu’il a « écouté » au stéthoscope le nouveau turbo ….

garage

Nous avons donc l’esprit libre pour visiter cette immense agglomération ( plus de 5 millions d’habitants ) très riche dans son histoire. A ce propos, je vous conseille de lire les 2 tomes du livre Alliance, de James Michener qui parle de la découverte de l’Afrique du Sud jusqu’à nos jours. Ce qui est d’autant plus étonnant pour nous, c’est que nous passons dans des bourgades citées dans le livre et que nous retrouvons partout des noms propres de ces familles sur, des bouteilles de vin, des noms d’avenues, d’ entreprises…..

Tout commence en 1886, au moment de la découverte de filons d’or sur ce qui n’était à l’époque qu’une zone rurale. Des milliers de chercheurs d’or viennent du monde entier, mais très vite on s’aperçoit qu’il faut le chercher en profondeur. L’exploitation se concentre alors entre les mains des riches magnats du diamant. Ils emploient  à bas prix cette population cosmopolite qui est sur place.

derricks jo'burg
On a effectivement vu, en arrivant par le sud ouest, de nombreuses grandes mines avec leurs derricks en ferraille. Le puits le plus profond fait 4 km …. Il en reste même un en centre ville.

Les ouvriers étaient logés et nourris sur place, on voit toujours ces petites maisons proches des mines mais à une vingtaine de kilomètres de la ville, qui ont formé les premiers ghettos. Arrivés par l’autoroute longeant Soweto, on est tout de suite mis au parfum par un panneau disant « Risques d’agression importants »

ghetto noir

La ville s’étend de plus en plus, l’industrie facturière se développe, les noirs affluent en quête de travail. La ségrégation raciale mise en place entre les deux guerres donne naissance à d’immenses bidonvilles, car les Blancs veulent garder pour eux les terrains les mieux exposés. Ils déplacent alors tous les gens de couleur, exproprient les commerçants (souvent indiens) et détruisent à coups de bulldozer leurs maisons ….

Pour rendre la ville plus agréable, ils vont planter plus d’un millier d’arbres, certains venant d’Inde d’autres d’Amérique du Sud.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vue de Johannesburg depuis Constitution Hill

Au musée de l’Apartheid, nous avons appris entre autre que Gandhi a vécu 20 ans en Afrique du Sud où il a fait ses études d’avocat. Il y a également subi la discrimination ce qui l’a incité à entrer en politique. Il fut le mentor de Mandela.

musée apartheid
Au musée de l’Apartheid
jo'burg jacarandas
Mercedes est bien sûr dans les beaux quartiers, notre hôtel aussi ; il y a de très belles rues bordées de Jacarandas en fleurs. Je vous en ai mis la photo mais vous n’aurez pas l’odeur ….

De superbes Mall, avec restaurants et nombreux magasins. Beaucoup de grands arbres, de nombreux parcs et de superbes villas, entourées de grands murs avec barrières électrifiées.

Ce qui m’énerve particulièrement à chaque fois que je le vois, et ce depuis notre arrivée en Namibie, c’est le panneau « right of admission reserved » que l’on voit partout : restaurants, magasins mais aussi bibliothèques, coiffeurs, etc ….

Pour conclure, car je ne peux vous raconter toute cette histoire si actuelle, Jo’Burg est la seule grande métropole qui ne possède ni rivière, ni bord de mer ou de lac, enfin qui n’aurait jamais du être là …. Sa situation à plus de 1700 m d’altitude lui confère cependant un climat très agréable. Ces 4 jours forcés en ville ne nous ont pas déplu malgré notre préférence pour la nature sauvage ….

Après une étape de liaison pour s’éloigner de Jo’burg, nous nous arrêtons à Pilgrim, ancienne ville minière qui a été conservée intacte. Très beau petit village malgré les trop nombreux touristes. On y visite le vieux garage, l’hôtel et son bar, la quincaillerie/droguerie, etc ….

04 Pilgrim
Le village de Pilgrim

Nous poursuivons ensuite notre route pour entrer, en début d’après-midi, dans le dernier parc au programme, le Kruger, sans doute le plus connu de tous, mais pour nous, pas forcément le plus beau. Nous y passerons 2 nuits. Après ce que nous avons vu au Kenya, nous devenons très exigeants !!!!

07 girafe et zèbres 08 KOUDOU

Mis à part les classiques éléphants, girafes, koudous et gazelles diverses, nous restons sur notre faim le premier jour …

Le lendemain jusqu’à 10 heures du matin, idem. Il faut dire qu’il a beaucoup plu ces derniers temps et que le parc n’a jamais été aussi vert. Alors le coup du point d’eau où on est sûr de voir du monde ne marche plus ….

11 au parc Kruger

Et tout à coup, devant nous sur la piste, nous rencontrons une meute d’environ 12  lycaons (ou chiens sauvages). C’est d’autant plus surprenant qu’il est très rare d’en voir, ne serait-ce qu’un …. Nous pouvons les suivre un moment et bien en profiter. Le moral est déjà bien meilleur !

06 lycaons

05 meute lycaons
Une meute de lycaons

Nous poursuivons notre circuit un peu monotone, rencontrons un beau crocodile bien exposé pour la photo, de nombreux éléphants ( un peu agressifs tout de même, ils barrissent à notre passage) et de majestueuses girafes. Il est 13 heures, nous sommes à 4 km du camping et Jean-Louis se réjouit déjà du bon déjeuner qu’il va faire et de la grosse sieste bien méritée qui l’attend.

12 crocodile

Nenni !!! Nous apercevons tout d’abord à une centaine de mètres de nous, un groupe de 4 rhinocéros. C’est déjà un exploit, les rhinos étant assez rares dans les parcs.

13 les 4 premiers rhinos

Puis, au détour de la piste, deux superbes spécimens nous bloquent le passage : madame prend son bain de siège dans une grosse flaque et Monsieur monte la garde ….

15 rhinos qui font un sitting

De part et d’autre du couple, deux voitures de tourisme attendent …. Nous prenons de multiples photos mais au bout de 10 minutes, nous tentons de passer. Par 2 fois, JL avance un peu et le mâle se tourne vers nous, baisse la tête pour bien nous montrer son énorme corne et nous regarde bien fixement, nous disant « vous ne passerez pas ».

L’auto devant nous fait demi tour, je leur demande depuis combien de temps ils sont là ; réponse : 1 heure … Nous faisons de même et en reprenons pour 25 km !!!!

09 éléphants nerveux
Eléphants un peu nerveux …

Le lendemain matin, nous repassons leur faire coucou, la piste est libre mais les 4 premiers sont toujours visibles à proximité. Un peu plus loin, un énorme troupeau d’éléphants broute de part et d’autre de la piste ; nous sommes premiers et après avoir intimidé un récalcitrant, nous passons. François juste derrière devra attendre un peu car celui-ci le fait d’abord reculer, menaçant, pour ensuite s’intéresser à autre chose.

10 François attend

En conclusion, on se souviendra tout de même de cette visite.

Ce sont des rhinocéros blancs que nous avons vus. Connaissez vous la différence entre les noirs et les blancs ? Je vous le dis tout de suite : ce n’est pas la couleur de leur peau.

Voici un montage permettant de distinguer les deux types de rhinocéros : à gauche le noir, à droite le blanc

31 rhino noir à gauche, rhino blanc à droite

Après le parc Kruger, nous nous rendons au Swaziland. C’est un petit royaume indépendant qui compte environ 1,5 million d’habitants, où la polygamie est autorisée. Il est cerné de 3 côtés par l’Afrique du Sud et à l’Est par le Mozambique. Ils ont même leur propre monnaie ! elle est équivalente au rand sud africain mais il faut faire attention : le rand est accepté mais si on paie avec un gros billet, la monnaie sera rendue en « lilangenie », inutilisable en ADS.

01-au Swaziland
Nous découvrons de très beaux paysages montagneux, entre 600 m et 1200 m d’altitude, assez semblables à ce que l’on voit en Europe.
06-forêt d'eucalyptus
Nous roulons longtemps dans d’immenses forêts d’eucalyptus et de pins, puis sur des crêtes arrondies couvertes de pâturages.

Seule différence notable : il y a des bananiers, des cases rondes appelées rondavelles et l’on voit quelques singes et impalas. Mais aussi de nombreuses scieries, économie principale du pays et des maisons multicolores.

05-petit village 02-Swaziland

04-au bord d'un lac
Bivouac au bord du lac Maguga

03 vue swaziland

Sortie du Swaziland dans l’après-midi du 19 novembre. Nous passons la nuit dans un camping en ADS où la wifi marche très bien. Chacun peut prendre des nouvelles de sa famille avant de repartir vers des contrées plus isolées. Nous faisons un crochet par le lieu de capture de Nelson Mandela. Il y a un petit musée racontant son histoire mais aussi une sculpture surprenante : vue de loin, je regrette de ne pas avoir fait la photo, ce sont de long piquets verticaux métalliques. Mais quand on s’approche, il y a un unique endroit d’où l’on voit le visage de Mandela. Chapeau l’artiste !

07-monument Mandela
Monument Nelson Mandela

Après une étape de liaison par le goudron, nous voilà au pied du Lesotho. Ce deuxième petit royaume enclavé dans l’ADS est tout de même une monarchie constitutionnelle ….Ils ont aussi leur monnaie, le « noti », même histoire pour le change …. Avec environ 2 millions d’habitants, c’est un pays très pauvre car très montagneux. Pas de forêts, seules quelques cultures dans une riche terre noire sur de petits champs en terrasses. C’est en fait le pays qui a une moyenne d’altitudes la plus grande au monde. Ses vallées les plus basses sont  à 1400 m et ses sommets les plus hauts culminent à 3482 m.

Nous montons la Sani Pass, seule piste permettant d’y pénétrer par l’Est. Nous passons de 1600 m d’altitude à 2880 m en l’espace de 18 km. La température passe de 30°C à 21°C …

11-belle vue
Piste de la Sani Pass

De superbes paysage à nouveau que nous avons tout le temps d’admirer car la pente est très forte et nous devons monter en courtes. La piste se termine par une série de lacets très serrés et nous débouchons alors sur le petit poste de douane que nous passons très rapidement.

19-encore une belle vue

Les 3 jours qui suivent vont se dérouler entre 2300 m et 3500 m d’altitude. On monte et on descend par des pistes de qualité très variable, les pluies fortes mais soudaines et brèves ravinent beaucoup le terrain. Des canyons où coulent de belles rivières, et au-dessus des hautes montagnes pelées où nous circulons. Cela permet de faire de très belles photos.

lesotho couvertures

Il fait assez froid car le vent souffle fort. Les habitants se protègent tous avec de grandes couvertures en laine mohair qui les protègent aussi de la pluie. Il en est de même des enfants, des cavaliers, des cultivateurs.

14-beau cavalier

Le premier jour, nous assistons à la tonte des moutons. Une équipe d’une dizaine de spécialistes nous accueillent, posent pour les photos, …. Une rencontre très amusante.

20-prêts pour la tonte des moutons

21 les trieurs de laine

22-la laine s'amoncelle
La tonte des moutons au Lesotho

Et pendant ce temps là, une équipe s’affaire pour le déjeuner. Au menu, méchoui bien sûr !!!!

21 le déjeuner se prépare

Première nuit dans la fraîcheur mais dans un cadre magnifique qui nous fait oublier cet inconvénient.

12-au camping 12-petit matin au Lesotho

Nous nous arrêtons aussi dans une école pour leur donner ballon de foot, stylos et crayons. J’avais amené d’anciennes lunettes de vue, je suis sûre que l’institutrice en fera bon usage. On leur laissera aussi des seringues pour le dispensaire qui est proche.

montage école lesotho

Maryline et Bruno nous ont proposé un superbe choix de pistes que nous parcourons avec grand plaisir.

24-pour le plaisir

labourage lesotho
Vous pouvez constater ci-dessus que les boeufs, lorsqu’ils ne travaillent pas, prennent leurs aises …. et ils ne bougeront pas à notre passage !

Nous dormons à côté d’un lac de barrage dont l’histoire est intéressante. Il pleut beaucoup au Lesotho, les rivières sont souvenus hautes, même dans des lieux désertiques. Ils ont construit au Lesotho deux barrages, avec l’aide sud africaine, reliés entre eux par un tunnel souterrain de 35 km où l’eau peut s’écouler dans les deux sens en fonction du niveau des eaux. Par un second tunnel qui fait 45 km de long, ils peuvent ainsi alimenter en eau un autre réservoir, mais qui cette fois ci est en Afrique du Sud, et qui permet d’alimenter en eau la région de Johannesburg et Pretoria.

08-rivière et désert

barrage lesotho
Des rivières dans le désert ….

Le deuxième jour, superbe trajet qui sillonne entre cols élevés et fonds de canyon. Piste parfois très étroite mais qui passe aussi par des mines de diamants. On y a même croisé des semi-remorques apportant du gasoil mais aussi des tracto-pelle. Chapeau aux chauffeurs car vu les dénivelées … Par moments, on a bien dû avoir du 16%.

26-village

Et pour finir la journée, une petite boucle d’un chemin peu carrossable où l’on a passé de nombreux beaux gués, d’une profondeur intéressante …

gués lesotho

Nous dormons le soir à Afrisky, station de sports d’hiver à 3200 m d’altitude fréquentée bien évidemment par les Afrikaners. Il y a 3 pistes de ski qui portent des noms comme Megève, Courchevelle … mais elles ressemblent plutôt à celles du Champ du Feu, dans les Vosges ….

IMGP5377

Nous poursuivons notre circuit au Lesotho par un bref passage dans la plaine, à 1600 m d’altitude tout de même, avant de retourner dans ces belles montagnes. Pour mon grand bonheur, enfin un site de peintures rupestres, malheureusement en mauvais état. Elles datent de l’époque San, il y a environ 5000 ans.

lipofung cave

gravures

Nous entamons alors notre dernière grande piste du voyage : elle nous mène au plus haut sommet du Lesotho, à 3000 m d’altitude que nous franchissons après une longue et difficile montée, parfois très cassante, avec de nombreux lacets. C’est là également que Jean-Louis, pour ne pas contourner un passage délicat, va se planter en beauté dans une grande mare profonde et peu ragoûtante, d’où il ne pourra sortir qu’au treuil …. Nous aurons même un spectateur ….

plantage lesotho

Ce jour là, nous dormirons sur les crêtes, une roue au Lesotho, l’autre en Afrique du Sud.

sur les crêtes

Il ne nous reste plus qu’à descendre de nos montagnes, profiter encore un peu de ces paysages splendides, de ces habitants hauts en couleurs et rejoindre à nouveau la civilisation moins pittoresque d’Afrique du Sud.

16-belle descente

chapeaux

 

18-toujours parmi les rondavelles

Nous sommes un dimanche, c’est jour de fête : les cavaliers et leurs admirateurs sont prêts pour la course …

31-avant la course

Après le passage de la frontière, les courses et les pleins dans la petite bourgade de Matatiele, nous attaquons une nouvelle piste, en assez bon état, qui va nous mener au plus haut col d’ADS (2596 m). On le voit au loin, perdu dans les nuages …. Nous dormirons un peu plus bas, dans un charmant village nommé Rhodes, où l’horloge du temps semble s’être arrêtée. Nous fêtons là l’anniversaire de Jean-Louis avec un délicieux repas, comme il se doit. Il fait 4°C le lendemain au réveil …. Heureusement, nous avons tous le chauffage.

26-piste et nuages

Nous sommes lundi 27 novembre et nous allons passer rapidement de 2000 m d’altitude    à 0 m, au bord de l’Océan Indien, à Morgan Bay. Température un peu plus clémente que tout là haut, mais pour le moment on plafonne à 23°. Il faut se rappeler que nous sommes au Sud du continent Africain, ce ne sont pas les courants chauds du canal de Mozambique .

Pour y arriver, nous traversons une embouchure de fleuve sur un petit ferry qui n’accepte qu’un 4X4 à la fois ….

ferry

29-l'Océan Indien

Nous entamons notre dernière semaine en ADS, roulons plein Ouest pour rejoindre La Cap avec tout de même quelques incartades sur des pistes de montagne. Nous avons même la surprise de voir, depuis l’autoroute …. un éléphant !!! non, nous n’avons pas rêvé, mais il y a de nombreux petits parcs privés qui accueillent les visiteurs de tous horizons.

Notre camping, pour cette étape de liaison est judicieusement choisi à Colchester : au bord de l’Océan Indien, le long d’une rivière qui nous sépare de belles dunes. Un paysage de rêve.

01-dunes face à l'Océan Indien02-vue du camping

Nous passons Port Elisabeth et nous dirigeons vers le Grand Karoo, de belles montagnes à nouveau que nous parcourons par les pistes, en traversant le Parc Naturel de Baviaankloof. Pour voir des animaux, il faudra repasser….Mis à part les singes, une tortue et deux gazelles …

05-des troupeaux énormes

De très beaux paysages, surtout que nous faisons plusieurs cols dont La Prince Albert Pass et Montagu Pass par des pistes plus ou moins roulantes, mais toujours impressionnantes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le col Prince Albert

04-dans le grand Karoo

03-sur la piste

Nous arrivons enfin à Oudtshoorn, capitale de l’autruche. On voit, en traversant la ville, de nombreux vendeurs de plumeaux, de toutes tailles et couleurs.

08-Oudtshoorn, capitale de l'autruche

Nous allons également visiter une ferme d’autruches. Ils élèvent ces oiseaux, venus d’Afrique du Nord il y a bien longtemps, pour leur viande, leurs œufs et leurs plumes. Nous apprenons entre autre que les femelles pondent tous les 2 jours pendant la période où elles sont fécondes. Au bout d’une quinzaine d’œufs elles arrêteraient (maximum pour pouvoir couver ….) mais à la ferme, ils les mettent en couveuse au fur et à mesure, et par conséquent, elles continuent jusqu’à une quarantaine ….

07-une famille autruche

Le guide nous dit qu’elles sont très bêtes puisque leur œil est plus gros que leur cervelle ….

Cactus assez curieux06-cactus ou arbres

Nous décidons de faire une omelette d’œuf d’autruche : celui-ci pèse 1,5 kg et remplace 24 œufs de poule. La coquille a 3 mm d’épaisseur et pour récupérer le contenu sans briser la coquille, Jean-Louis va utiliser sa perceuse.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Un oeuf d’autruche, de belle taille

14-préparation de l'omellette

Sur la photo ci-dessous, dans l’œuf éclairé, la partie sombre montre la taille de l’embryon. Quand le poussin est grand, on ne voit presque plus de lumière. Pour casser sa coquille, il mettra une dizaine d’heure à moins d’être aidé …..

09-à la ferme aux autruches

Et parce que nous en voulons encore plus, Maryline et Bruno nous rajoutent un petit challenge : la piste descendant à Die Hell, l’Enfer, sur environ 50 km …. En effet, la fin surtout est assez dangereuse car étroite avec une forte pente et plusieurs lacets très serrés. Nous mettrons 2 heures pour y aller. Et demain, il faudra remonter …. Pourvu que nous ne rencontrions personne …

12-piste qui mène à The Hell

 

11-petit gué sympa

Après cet épisode, nous continuons notre route et nous arrêtons à Warmwaterberg. Comme son nom l’indique, il y a des piscine d’eau chaude, très chaude …. Nous nous y baignons bien sûr. Une petite halte aussi chez Ronnies’ Sex Shop, connu dans la région. C’est un café un peu spécial …. Nous y boirons un Rock Shandy, le temps de faire le tour … Pas de photos ….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain, nous sommes à Franschhoek, vous savez, la « ville des français ». En fait, les Afrikaners ont fait appel aux Huguenots qui fuyaient l’Europe, au XVII ème siècle, pour y planter et cultiver les premières vignes. Il y a des caves de partout mais aussi un musée fort intéressant sur cet épisode de leur histoire.

Demain, dégustation et achat de vin bien sûr avant de rallier le Cap où nous allons passer 4 jours, le temps de ranger le 4X4, de visiter et d’empoter notre « casa rodante ».

Quelques dernières photos, pour le plaisir :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le Cap

 

pour news15
Le Fort de Bonne Espérance, en forme d’étoile, qui fut bâti sur la côte originelle de la Baie de la Table, dorénavant au centre de la ville étant donné le terrain gagné sur la mer.Il fut construit par la Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales entre 1666 et 1679.
2017-12-286
La colonie de pingouins de  Boulders
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Au loin, un porte containers

 

Et nous attendons avec impatience le retour de notre fidèle compagnon de voyage pour de nouvelles aventures …..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *